Une tante féministe - Sherry Herrera

Mon blogue

Une tante féministe

Une tante féministe - Sherry Herrera

Une de mes tantes avait fait partie de ces femmes qui avaient montré leurs poitrines au monde entier à la télé, en guise de propagande féministe. Il est vrai que les femmes de sa génération, avaient énormément fait évoluer les choses. Hélas, nous ne nous entendions pas sur quelques sujets à propos du féminisme. C’est comme cela que l’on se rend compte que chacun voit midi à sa porte. Elle avait beau me donner une liste des noms des plus grandes femmes féministes dans le monde, quand je lui disais que Marilyn Monroe en faisait partie, et que ces actions n’étaient pas moindres, cela la mettait dans une colère noire.

Il y avait cependant un sujet sur lequel elle me donnait quelque peu raison. Je ne comprenais pas pourquoi, il y avait si peu de femmes dans le monde de la programmation informatique. Ce n’est pas vraiment un domaine que l’on peut dire assez ancien, pour avoir été imprégné des critères misogynes, bien connus dans certains métiers. Les hackers par exemple, se respectent presque tous. Ils ne se fient pas au sexe, mais à l’ingéniosité. Comment expliquer une si grande absence féminine à notre époque ? Selon elle, c’était les bribes encore bien présentes dans les esprits de l’ancienne éducation, qui dirige encore nos sociétés. Il n’empêche, même si moi-même, j’arrivais à devenir spécialiste AdWords en très peu de temps, il ne m’est pas difficile de comprendre que je suis loin de faire partie des décisionnaires de l’informatique.

Je lui offrais pour son anniversaire, un gros bouquin retraçant toutes les années 70, avec les photos de tous ceux qui avaient faire bouger le monde à cette époque-là. Évidemment, il y avait les principales personnalités féministes de l’époque. À peine l’avait-elle ouvert, qu’elle me parlait de l’une d’elles, comme si elle avait vécu avec elle. Pour la titiller un petit peu, je lui disais qu’après le repas, on ferait une soirée cinéma à la maison. Persuadée que j’avais fait la location d’un DVD portant sur la cause féministe, elle s’asseyait dans le fauteuil, prête à attaquer sur le sujet, dès qu’elle aurait l’opportunité de le faire. Cependant, j’avais fait la location du film « certain l’aime chaud » où Marilyn Monroe jouait à la perfection. J’avais particulièrement apprécié dans ce film, le rôle de Jack Lemon. Alors qu’elle me faisait la gueule toute la soirée, je lui disais, qu’elle au moins, avait su faire sourire les autres, ce qui était loin d’être le cas de beaucoup de féministes. Chacun dira ce qu’il voudra…